Une nouvelle analyse des données démontre une augmentation du nombre de proches aidants au Canada ainsi que l’incidence importante de la COVID‑19

Dans la toute dernière analyse de l’étude The Carer Well-Being Index, 72 % des proches aidants s’occupant d’une personne atteinte de cancer ont constaté une détérioration de leur santé mentale et émotionnelle.

19 Avr 2022 | Toronto, Canada

Faits saillants de la toute nouvelle analyse de l’étude :

  • Vingt-huit pour cent (28 %) des proches aidants d’une personne atteinte de cancer ont acquis ce statut depuis le début de la pandémie;
  • Vingt-cinq pour cent (25 %) des proches aidants d’une personne atteinte de cancer ont déclaré qu’il y avait eu des discussions sur la fin de vie et/ou que les décisions sur cette question avaient été revues, en raison d’un diagnostic et d’un traitement tardifs;
  • Soixante-seize pour cent (76 %) des proches aidants d’une personne atteinte de cancer ont affirmé se sentir quelque peu ou très préoccupés du fait que la concentration des efforts sur la COVID-19 va entraîner une diminution des nouveaux traitements ou innovations concernant la personne dont ils s’occupent.

Dans la toute dernière analyse de l’étude The Carer Well-Being Index (en anglais seulement [traduction] : indice du bien-être des proches aidants), s’inscrivant dans le projet Embracing CarersMC d’EMD Serono, soixante-douze pour cent* (72 %) des proches aidants canadiens s’occupant d’une personne atteinte de cancer ont constaté une détérioration de leur santé mentale et émotionnelle – il s’agit là de l’une des tendances alarmantes ayant une incidence sur les proches aidants canadiens en raison de la COVID‑19. Cette nouvelle analyse de l’étude The Carer Well-Being Index décrit les réactions des proches aidants canadiens s’occupant d’une personne atteinte de cancer et les compare à celles des proches aidants s’occupant d’une personne atteinte d’une autre maladie (p. ex. : dystrophie musculaire, sclérose en plaques, démence, maladie de Parkinson).

Pour bon nombre de proches aidants, la pandémie a plongé les membres de la famille et des êtres chers dans le rôle de proche aidant. Pendant la pandémie, on s’est beaucoup moins préoccupé de l’augmentation des pressions exercées sur les proches aidants s’occupant d’une personne malade, plus particulièrement d’une personne atteinte de cancer. Vingt-huit pour cent (28 %) des répondants sont devenus pour la première fois proches aidants d’une personne atteinte de cancer au cours de l’année précédente, comparativement à douze pour cent (12 %) pour ce qui est des proches aidants s’occupant d’une personne atteinte d’une autre maladie que le cancer. Ce qui est important, mais ce qu’on ignore souvent, ces stress, y compris le fardeau que cela représente sur les plans physique, mental et financier, sont associés au rôle de proche aidant; en effet, soixante-dix pour cent (70 %) des répondants ont également affirmé que la COVID‑19 avait rendu leur rôle de proche aidant plus difficile.

La Dre Karen Turpin, liaison médicale, oncologie, en poste chez EMD Serono en Alberta, a fait une présentation virtuelle sur les conclusions mondiales de l’étude The Carer Well-Being Index au symposium 2022 de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), consacré aux cancers génito-urinaires, tenu à San Francisco. Cet événement a offert, dans un contexte multidisciplinaire, des perspectives d’experts sur les toutes dernières avancées cliniques et scientifiques dans le domaine.

Depuis le début de la pandémie, on met l’accent sur la vulnérabilité à la COVID-19 des patients atteints de cancer ainsi que sur les conséquences possibles de cette maladie à long terme. Toutefois, on se préoccupe peu de son incidence potentielle sur les personnes apportant leur soutien aux personnes atteintes de cancer, a déclaré la Dre Turpin. Avec le projet Embracing Carers d’EMD Serono, nous nous efforçons de tirer des conclusions importantes claires à cet égard et de sensibiliser la communauté à la situation des proches aidants à cet égard. »

Les proches aidants canadiens s’occupant d’une personne atteinte de cancer ont assumé des responsabilités plus lourdes, tout en apportant du soutien de manière virtuelle et tout en gérant le volet technologique de la situation. Trente-deux pour cent (32 %) des proches aidants d’une personne atteinte de cancer ont dû apporter du soutien à distance/avoir recours à la technologie permettant de communiquer à distance pour rester en contact avec la personne malade dont ils s’occupaient, alors que dix-huit pour cent (18 %) des répondant ont dû acheter du nouvel équipement technologique pour apporter du soutien à un patient atteint de cancer, comparativement aux proches aidants s’occupant d’une personne atteinte d’une autre maladie.

« Chez EMD Serono, nous comprenons le rôle crucial que jouent les proches aidants dans la vie des Canadiens, a déclaré Manuel Zafra, directeur général d’EMD Serono pour le Canada. Ils font partie intégrante de notre système de santé et ils en sont l’épine dorsale. »

« La pandémie de COVID‑19 a perturbé la logistique de la pratique clinique; l’étude The Carer Well-Being Index reflète bien le principal enjeu auquel est confronté le milieu des soins oncologiques depuis le début de la pandémie, a déclaré la Dre Nimira Alimohamed, oncologue médicale au Tom Baker Cancer Centre, à Calgary. Nous assistons à une augmentation du nombre de cas, à un allongement des listes d’attente, à des retards dans l’administration de tests diagnostiques et à un accès limité aux traitements. En conséquence, les proches aidants d’une personne atteinte de cancer ont dû assumer de nombreux rôles difficiles l’année dernière. »

Pour obtenir de plus amples renseignements : Smita Devane-Bhan